De la poudre aux yeux… Hashtag GREENWASHING !

Bonjour,
 
Mardi, sur les réseaux sociaux, je vous parlais rapidement de Slow Cosmétique et de Greenwashing. Aujourd’hui je vais vous expliquer plus précisemment comment les marques nous font acheter des produits qu’ils prétendent naturels alors qu’ils ne le sont pas du tout.
 
Cette technique marketing « intelligente » porte le nom de Greenwashing. Sympa comme nom, « lavage vert » littéralement, ça sonne plutôt comme un truc écolo non ??
 
En fait, il faut y lire « écoblanchiment ». En fait, c’est comme le blanchiment d’argent, c’est mal !!!! Le greenwashing sert en fait à « blanchir » les grandes multinationales qui polluent beaucoup.
 
Cette technique marketing est censée donner une image plus propre, verte, respectueuse et écoresponsable à un produit. On parle de Greenwashing quand un produit supposé écologique ne l’est pas du tout ou qu’une entreprise se dit engagée écologiquement parlant alors que son activité va à l’encontre du respect de l’environnement… Coucou Yves Rocher, « Créateur de la cosmétique végétale » qui ne l’est en rien puisque les composants utilisés sont toxiques et polluent l’environnement… Coucou Intermarché, toi qui pèches toi-même ton poisson, en pratiquant le chalutage et en ravageant les fonds marins... Coucou Nutella, toi qui ne mets que des bonnes choses dans ta pâte à tartiner... Coucou Mc Donald's, toi qui ne mets que des produits sains dans tes Happy Meal !!!!
 
Alors comment les marques s’y prennent-elles pour nous en mettre plein les mirettes et les oreilles et pour nous faire acheter leurs produits ??
 
En fait c’est facile, le Greenwashing est un habile mélange de belles paroles naturelles, végétales, biologiques, de visuels verts, transparents et/ou épurés et d’arguments de vente savamment choisis qui te disent que le produit est sans paraben, sans silicone… et qui te font croire que c’est pur dedans comme dehors !
 
Certaines marques vont jusqu’à singer les logos des labels pour induire encore plus en erreur le consommateur.
Il faut aussi se méfier des labels, les exigences ne sont pas les mêmes pour tous. Je vous invite à relire mon article "Bio VS Bio... Quels sont les labels biologiques de confiance" qui traite de ce sujet.
 
Sur le marché on trouve des marques qui sont connues pour pratiquer le Greenwashing, je parle de l’Occitane, Yves Rocher, Lush, Nuxe, Le Couvent des Minimes, Burt's Bees, Rose of Bulgaria, Roger & Gallet… et j’en passe !
 
Afin de rédiger cet article je suis allée faire un tour dans mon Leclerc et j’ai pris quelques photos pour vous faire un petit topo.
 
Je me suis attardée, pour cette fois, dans le rayon shampooings… bah oui, vous savez les cheveux et moi c’est une grande histoire… J’ai trouvé beaucoup de choses sympas à me mettre sous la dent, on commence tout de suite.
 
Produits labellisés, oui, oui, vous avez bien lu, on ne peut faire confiance à personne :
BIO NAÏA, shampooing cheveux normaux à l’extrait de cerise et camomille bio, Marque Repère, charte Cosmébio, on y trouve :
- Ammonium Lauryl Sulfate --
 
SHAMPOOING LAIT D'AMANDE ET D'ÂNESSE BIO, shampooing cheveux normaux à secs, So Bio Etic, charte Cosmébio, on y trouve :
- Ammonium Lauryl Sulfate --
 
Pour ces 2 produits, je suis d’accord, une seule fausse note cependant les sulfates sont irritants et asséchants pour la peau et les muqueuses. Ils peuvent provoquer des ulcères aphteux, des dermites ou des difficultés respiratoires. Leur utilisation répétée détruit la barrière naturelle de la peau et du cuir chevelu laissant ainsi pénétrer les autres composants toxiques dans le corps. Ils sont souvent à l’origine des pellicules et d’un point de vue environnemental, ils sont toxiques pour la faune et la flore aquatique.
 
Produits non labellisés :
PURE, shampooing cheveux normaux regraissant vite aux extraits de thé vert bio 100% d’origine naturelle, TIMOTEI, on y trouve :
- Sodium Laureth Sulfate -- (Irritant, asséchant)
- Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride -- (Irritant, non biodégradable)
- Disodium EDTA -- (Se fixe dans l’organisme, difficilement biodégradable)
- PPG-12 -- (Fabriqué à partir d’un gaz toxique, cancérigène)
- Butylphenyl Methylpropional / (Perturbateur endocrinien)
 
Puis, je suis allée faire un tour sur la boutique en ligne de LUSH, le-pro-du-fait-main-et-du-logo-qui-te-fait-croire-que-tout-est-clean 
IT’S RAINING MEN, gel douche, on y trouve :
- Sodium Laureth Sulfate -- (Irritant, asséchant)
- Methylparaben -- (Irritant, allergisant, perturbateur endocrinien)
 
WURLY CURLY, shampooing cheveux secs, bouclés, difficiles à coiffer, on y trouve :
- Ammonium Laureth Sulfate -- (Irritant, asséchant)
- PEG-100 stearate -- (Fabriqué à partir d’un gaz toxique, cancérigène)
- Behentrimonium Chloride – (Irritant, non biodégradable)
 
Mon constat est simple... C'est pas joli joli pour des marques qui sont, soit-disant, naturelles, bio et respectueuses de l'environnement. Alors on fait quoi ???
Je ne suis pas contre le Nutella ou un bonbon de temps en temps mais il faut être honnête avec soi-même, ne pas se voiler la face, quand on en mange, on mange de la mer** ! Je ne suis pas là pour faire la morale mais pour déclencher des prises de conscience, alors pour moi c'est simple :
- Soit on achète des mauvais produits qui ne se vantent pas d'être bons et on assume pleinement parce qu'on est conscient de le chose !
- Soit on achète de vrais bons produits !
Mais on arrête d'engraisser toutes les marques qui nous roulent dans la farine et font croire des inepties à nos enfants, et on cesse de passer pour le dindon de la farce !
 
Je finirai cet article en insistant sur le fait que même si le produit ou la marque d’appelle « Biomachin », « Biotruc » ou « Biomuche », qu’elle soit labellisée ou non, il faut toujours vérifier la liste des ingrédients ou se tourner vers des conseillers de confiance !
 
A bientôt.